L'art est dans les Choix

Quand j’étudiais la danse à l’université du Michigan, une de mes professeur m’a dit une chose qui m’a fait me gratter la tête. Pas parce que j’avais une démangeaison mais parce que je ne comprenais pas vraiment, en tant que jeune étudiant, ce qu’elle voulait dire. Elle disait que l’art ne se situe pas dans les techniques et les compétences que nous développons mais plutôt dans les choix que nous faisons. C’est nos choix en termes de musiques, danseurs, mouvements et espaces qui fondamentalement génèrent une œuvre d’art.

En tant que technicien et danseur, j’ai créé mon procédé en ayant ce concept à l’esprit. Latona contient des algorithmes qui prennent en compte différents paramètres pour générer un certain nombre de possibilités. Je ne crée pas la danse ; l’ordinateur crée la danse. Je suis juste en train de choisir quels schémas me semblent intéressants.

Récemment, j’ai fait une optimisation multifactorielle du processus. Maintenant je dis à l’ordinateur ce que je recherche. Par exemple, je peux demander à l’algorithme de sélectionner des schémas où tous les danseurs se croisent sur l’axe Y un certain nombre de fois. Puis le logiciel va générer une centaine, voir un millier de possibilités avant de mettre de côté les combinaisons qui remplissent mes critères.

Ceci soulève des questions intéressantes. Est-ce que l’ordinateur est en train de prendre des décisions pour moi ? Puis-je définir mes critères de façon tellement précise que je n'ai même plus à faire de choix à la fin ? Est-ce que finalement le choix fondamental n’est pas le critère lui-même ? Nos vies seront-elles un jour définies par des « J’aime » et des « Je n’aime pas » ?  Ici, nous rentrons dans ces questions, qui sont parmi les plus simples que soulève l’intelligence artificielle.

J’ai posé ces questions à une amie qui est peintre. Elle avait un argument intéressant. Je lui ai dit « Crois-tu qu’il soit possible que le travail de Jackson Pollacks soit reproduit par un robot ? L’artiste pourrait simplement choisir la taille de la toile, les couleurs, le type de peinture etc. » Elle semblait tout à fait opposée à faire de l’art de cette manière, mais elle avait un bon argument. « Non, parce que l’artiste fait le meilleur choix possible à chaque étape du processus. » Peut être qu’en choisissant la toile, je suis inspiré par une couleur, qui elle-même m’en inspire une autre etc….

Je suppose que le débat va continuer et que nous allons encore l’explorer un moment – et je suis sûre que de magnifiques œuvres d’art seront produites en chemin !

Qu'en pensez-vous ?